Explosion et progrès incessant des nouvelles technologies , un monde qui évolue de plus en plus vite et des usages et modes de fonctionnement qui doivent évoluer simultanément au sein de toutes les entreprises et pour tous leurs collaborateurs sous peine de se retrouver devancées économiquement et socialement

Créer une prise de conscience chez les chefs d’entreprises pour qu’ils ne repoussent pas leur engagement dans la transformation numérique, les accompagner à passer outre les freins qui les empêchent d’évoluer, Professionnaliser le dirigeant puis ses collaborateurs aux nouveaux modes de communication via les réseaux sociaux professionnels, changer les modes de travail…..quelques uns des points abordés dans cette interview au site net-pme.fr

https://www.netpme.fr/actualite/transition-numerique-retard-tpe-pourrait-porter-prejudice/


www.net-pme.fr : interview de Melissa Carles à Florence Saubatte : 9 janvier 2017

Les TPE françaises accusent un retard important dans leur passage au numérique. Rencontre avec Florence Saubatte, consultante en stratégie digitale pour comprendre ce qui ralentit l’évolution des petites sociétés et quelles en sont les conséquences.

La France est le 8ème pays le plus avancé dans la transformation numérique des entreprises, selon une étude de novembre 2016 du cabinet Vanson Bourne. Si ce classement est honorable, toutes les entreprises françaises ne s’adaptent pas au numérique à la même vitesse. L’engagement des PME, ETI et grandes entreprises est bien avancé contrairement à celui des TPE qui peinent à entamer leur transition digitale. Selon une étude Sage de novembre 2016, plus des deux tiers des PME et ETI ont entamé leur transformation tandis que c’est le cas de seulement 16% des TPE.

Florence Saubatte, dirigeante d’Altitud’RH et consultante, accompagne quotidiennement les entreprises dans leur passage au numérique. Selon elle, il est urgent que les sociétés, même les plus petites, s’adaptent rapidement à ces nouveaux usages : « On vit dans un monde avec une utilisation mobile à titre individuel et tout est impacté. Tout se fait par internet aujourd’hui. Le monde est en train de changer radicalement et il faut créer une prise de conscience chez les chefs d’entreprises pour qu’ils ne repoussent pas leur engagement dans la transformation numérique. » Pour se faire, les dirigeants doivent passer outre les freins qui les empêchent d’évoluer.

« Les dirigeants de TPE ont peur de ne pas savoir maîtriser les outils digitaux »

Les chefs de petites entreprises sont susceptibles de se sentir rapidement dépassés par tous ces usages numériques à intégrer dans la gestion quotidienne de leur activité. « Les changements se font très lentement, confirme Florence Saubatte. Les dirigeants de TPE ont peur de ne pas savoir utiliser les outils digitaux et de mal gérer les réseaux sociaux professionnels. » Cette crainte n’est pas le seul argument avancé pour ne pas entamer sa transition numérique : le coût, le manque de compétence en interne et l’inquiétude pour la sécurité des données relatives à l’entreprise sont aussi avancés. D’ailleurs, les dirigeants sondés par ande environ 2 années dans n’importe quel secteur. Florence Saubatte alerte les retardataires qui ne devraient pas tarder à se digitaliser s’ils désirent rester compétitifs. « Bientôt, la génération Y sera à la tête des entreprises. Si les sociétés dirigées par les plus de 50 ans ne prennent pas le tournant aujourd’hui, elles vont avoir du mal à survivre. »